1-ière réunion du Club des restaurateurs en Ukraine

 

Excusez moi tout d'abord, quellet ristesse!!! Depuis trois années passer en Ukraine, je me faisais une joie en tantqu'expatrié, d'assister à cette première réunion. Et oui, car à mes yeux rien n'achangé ! Il ne suffit pas de copier, il faut s'investir chaque jour dans ce business pour réussir.

Ma première remarque auprès de mon associé à était de lui demandé, si nous ne nous étions pas trompés d‘adresse. Etions nous à une réunion de restaurateurs ou une partie pour PR, Art directrices plus étincelantes les unes que les autres. Pour le plaisir des yeux, un vrai plaisir. Soyons réaliste tout commence par cette culture culinaire ici!!! Pourqu'oi demander à Monsieur Libkin s'il s'occupe de choisir son chef de cuisine, de sa brigade de cuisiniers, ou ces fournisseurs, demande t-on encore à Monsieur Ducasse de bosser dans ses cuisines. Il a été honnête, une compagnie comme la sienne qui fonctionne très bien depuis des années avec des exécutants qui sont là pour travailler et donner des résultats. Ce métier est un métier de pratique et non de trouver une quantité phénoménale de managers, superviseurs et directeurs office... A ce jour sa réussite est aussi celle de ses collaborateurs.

Alors posons nous les bonnes questions? Au lieu de lui demander si ça fonctionne à Odessa et pas à Kiev ce sont les deux marchés totalement différents il ne faut pas sortir de Saint Cyr. Quand on lui demande quel est le meilleur restaurant à Kiev? Tout le monde le sais aucun restaurant ne se démarque réellement. Oui, moins de cinq restaurants tiennent mais pourqu'oi d'après vous! Nous n'avons pas de choix et ce ne sont pas des endroits d'épicuriens mais des endroits de tu m'as VU....

Alors, oui. J‘aurais aimé voir des chefs de cuisine, des patrons et des investisseurs des restaurants pour avoir un vrai débat sur la situation pas très fleurissante. Quelles sont les vraies questions??? Que faut il faire pour avoir au quotidien, une qualité constante des produits? Et non se cacher derrière des fausses excuses. Quand j'entends c'est l'Ukraine et c'est comme ça NON ET NON nous pouvons changer tout ça. Le secteur de la restauration et nos business ne s'en porteront que mieux. Pour ma part, je ne peux pas allez à l'église brûler un cierge à chaque prestation culinaire que je réalise pour mes clients en priant d'avoir les produits de très bonne qualité pour mes réalisations. Car 60% de la réussite d'un plat dépend du produit, ne l'oublions pas. La question est de faire prendre conscience à nos jeunes que l'hôtellerie et un métier, et un beau métier.

Quand je vois les sommes investies dans des magnifiques projets et de voir certains, au bout de quelques mois, le résultat est honteux....Dois-je me sentir frustré quand je ne donne pas de pourboires au personnel, quand j'ai mal mangé et a été servi comme un chien? Dois-je prendre une bouteille de vin à vingt milles Hrivnas, pour avoir le sourire du sommelier? Peut-on faire comprendre à ces gens que parfois,une simple bouteille peut convenir pour passer une agréable soirée entre sa femme ou entre amis, j'en doute ou peut être en 2100 !!! Et je vais m'arrêter là, car la liste risque d'être très longue et ne noircissons pas notre activité.

Relevons tous et toutes ces nombreux challenges pour faire de cette activité, une activité fleurissante et enrichissante. Alertons les pouvoirs publics pour mettre en place des structures d'apprentissage culinaires et hôtelières cohérentes. L'avenir de ce secteur est entre les mains de tous. Sinon, combien de personnes me faudra t-il recruter pour le premier restaurant Macaron Michelin en Ukraine. Quand Monsieur Libkin a du voir plus de 170 cuisiniers pour en sélectionner 5 pour réaliser une pomme purée correcte à son goût et au goût de sa clientèle.

Au vu de cette première réunion, il serait agréable pour ma part de travailler en dehors des futures réunions avec ces Monsieurs, que j'ai rencontrés pour partager nos idées. Car CHARMANTES DESMOISELLES ET MESDAMES j'ai vu la passion à travers ces hommes, qui est en moi. Et oui sans passion rien ne peut aboutir.

Alain Regnault

previous page